Logo préfècture région
DIR   Méditerranée
Direction Interdépartementale des Routes Méditerranée

Giratoire du Mas de l’Oume-La Calmette

publié le 4 décembre 2015 (modifié le 17 février 2016)

L’aménagement de l’échangeur du Mas de l’Oume à La Calmette vient d’être mis en service.

Ce chantier initié en septembre 2014, dont la maîtrise d’œuvre est assurée par le SIR 34 (service d’ingénierie routière de Montpellier) de la DIRMED pour le compte de la DREAL Languedoc-Roussillon (direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement), maître d’ouvrage, s’inscrit dans le projet à long terme de la mise à 2x2 voies des 30 kms de la RN 106 entre Nîmes et Alès.

Des problèmes de sécurité du carrefour d’accès à La Calmette et un allongement de parcours pour les habitants, ont présidé au choix de cette première phase d’aménagement, dans la cinquième tranche de travaux de la mise à 2x2 voies de la RN 106.

Le SIR 34 a mandaté une équipe de quatre personnes sur le chantier (un ingénieur chef de projet, un technicien et deux contrôleurs de travaux), même si tous les pôles du SIR y ont participé, depuis les études jusqu’à la phase chantier.
Des équipes pluridisciplinaires y sont également associées : le CEREMA (centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement), l’ONF (office national des forêts) avec la mise à disposition d’un écologue, apportent ainsi leur contribution à cet aménagement comprenant la réalisation d’un échangeur dénivelé avec la RD 225 et une voie de substitution de deux kilomètres rétablissant l’accès sud à la commune de la Calmette.
En outre, le futur gestionnaire de l’aménagement, en la personne du responsable du CEI de Boucoiran, a été associé au projet depuis le début des études, afin de pouvoir exprimer ses besoins en termes d’exploitation et assurer la gestion de la circulation durant les travaux.

Les trois principaux enjeux de cet aménagement :
1- des enjeux environnementaux.
Le giratoire et la voie de substitution se trouvent dans le périmètre de captage des eaux de la commune de La Calmette d’où l’absolue nécessité qu’aucune pollution n’atteigne la nappe phréatique de ce captage.

Ces équipements sont, par ailleurs, à proximité immédiate d’un espace riche en bio-diversité abritant de nombreuses espèces protégées comme le lézard ocellé ou la pie grièche à tête rousse. La nécessité de protéger cette zone a imposé la recherche de solutions techniques minimisant l’impact de toute la phase chantier puis de l’aménagement réalisé.

- 

A titre d’exemples,
- l’emprise des deux chaussées de la future 2*2 voies a été restreint en rapprochant les deux chaussées au maximum,
- les pentes des talus ont été adoucies afin de ne pas être des obstacles à la circulation des espèces. A terme, un passage à faune est prévu.
- deux bassins ont été réalisés pour récupérer les eaux de ruissellement de la voie et récupérer les pollutions accidentelles et chroniques.

2- un objectif de maîtrise des coûts dans la mesure où, sur les 8 M€ estimés du projet, seuls 5 étaient disponibles budgétairement.

3- la réalisation des travaux sous circulation avec 80 % des terrassements menés à l’explosif (54 tirs de mine en un an) eu égard à la nature rocheuse du terrain.

A noter que la totalité des quelques 150 000 m3 de déblais issus de ces terrassements ont été ré-utilisés sur le chantier pour rehausser de 8m les chaussées par rapport au terrain naturel, permettant de limiter ainsi les transports de matériaux.

- 
- 
- 

Les préoccupations environnementales influent désormais largement sur les solutions techniques retenues lors des études. Ces enjeux environnementaux, tout comme les contraintes en découlant sur le déroulement du chantier (aménagement de zones étanches pour le stockage des engins, espaces interdits d’accès aux intervenants du chantier…), sont à concilier avec les contraintes financières et ont un impact fort sur les relations avec les entreprises réalisant les travaux.
Pour autant, ces préoccupations environnementales sont désormais incontournables voire prédominantes dans les préoccupations des services d’ingénierie de la DIRMED.